" Peindre, c'est se découvrir " 
L’œuvre de Victorine Follana a un troublant pouvoir d'hypnose et de dérangement. Le monde, s'il contient d'indéniables indices de charme et de grâce, est complexe, insidieux, sournois. troué d'obscurités.Le microcosme qu'est la famille ment et dit vrai, dissimule, embusque, caresse et étrangle. La palette peut être violente, elle met les couleurs à contribution pour affirmer ce qui est tu, voilé. Mais le noir et blanc, avec ses bouillons d'ombre, ses semis de traces, est terriblement expressif. La poésie est là, poignante, bouleversante et toujours débarrassée de ses attributs en plume, de ses horripilantes candeurs.
                                                      Denys Louis Collaux  / extrait du livre " Le chercheur d'art "
                                                                       
                 



"
   N°  SIRET   528 161 128 00012